Bordeaux Aquitaine Marine
Les Rôles d’Oléron (suite)
Texte original Item ordonne est et estably pour loy et custume de la mer que se ung marchand a frette une nef en quelque port que ce soit, et adviengne que la nef soit empeschee par deffaulte du maistre ou du seigneur a cellui a qui la nef est, le marchant qui avoit frette la nef puet requerir le maistre en telle maniere, Je te requier que tu mettes mes biens ou mes denrees en la nef. Et si le maistre dit que la nef est empeschee de par aucun seigneur le marchand qui avoit frete la nef se puet partir du convenant et affretement dudit maistre et affretir a son chois ailleurs, sans ce que soit tenu audit maistre de rien amender, et se le marchant ne trouve frett, il puet bien demander au maistre ses dommages pour la raison quil na mye tenuz ses convenants et affretement dessusditz, et le maistre lui doit amender. Et cest le jugement en ce cas. Item est estably pour coustume de la mer que se ung marchant affrete une nef pour chargier vins a Bordeaux ou ailleurs, le marchand puet bien charger toute la nef a sa droite charge, sans que le maistre de la dite nef ou autre personne quelconque sans la voulente dudit marchand, ny puet riens mettre ne charger, forspris et exept les vitailles necessaires a la ditte nef pour faire son voyage. Et cest le jugement en ce cas. Item ordonne est, &c., que se ung marchant charge vins en une nef il puet bien mettre tout de hurlage comment le feroit le maistre raisonna­blement en barelles dedens la ditte nef, sans ce que le maistre ou autre personne quelconque y puet riens mettre ne faire aucun empeschement. Cestassavoir de dix tonnels, une pipe et a lavenant du surplus. Et cest le jugement en ce cas. Item est etably pour coustume de la mer que se les mariners dune nef soient a portage, chascun deulx aura ung tonnel franc de frett, et sil y a nul frett de la nef et se ainsi soit que le marinier deffaille et ne face son devoir en la mer, il naura riens de franchise et de ce pourront bien, les marchants avoir seurement de maistre et doit avoir le maistre aussi bon fret des vins ou denrees qui sont gettez, comme de ceulx qui sont saulvez. Raison pour quoy pource que la nef et son frett porterent lower faiz ou gette a son choiz. Et cest le jugement en ce cas. Item ordonne est pour la coustume de mer que se ung marchand frette une nef et la charge de vins il semble aux mariners que le marchand de droit leur doit donner en chascun lieu ilz arriveront et en chacun jour de double feste ung pot de vin ou deux ou trois, les mariners par droit ne loy ne pourront riens plus avoir ne demander, mais le marchant leur puet donner de courtoisie, ce qui luy plest. Et cest le jugement en ce cas. Item ordonne est et estably pour coustume de la mer que se ung marchant frette une nef le maistre doit donner au marchant chascun jour ung esquisine, si le marchant le demande au maistre, et plus, se la nef est chargee de vins le maistre lui doit baillier ung page pour regarder ez vins du marchand aussi bien et si souvent comme silz fussent au maistre. Et cest le jugement en ce cas. Item ordonne est pour coustume de la .mer que se ung nef arrive en ung port a sa droitturiere descharge et demoure la nef illecques chargee jusques a vingt et un[YUN12] jours ouvrables le maistre puet bien mettre hors sur ung keye, et le maistre doit ordonner et bailler ung de ses mariners au marchant pour prendre garde aux vins ou autres denrees jusques a tant que le maistre soit paye de son frett. Et cest le jugement en ce cas. Item ordonne est &c que quant il avient que len fasse getteson dune nef il est bien escript a Rome que toutes les marchandises et denrees continues en la nef devoient partir au gette, livre par livre, et sil y a hanap dargent plus que ung en la nef il doit partir au gett ou faire gre, et unq hanap aussi sil nest porte a la table pour servir aux mariners. Robe et linge silz soient a tailler ou silz naient este vestuz, tout partira au gette. Et cest le jugement en cest cas. Item, se ung lodeman prent charge sur luy de amener une nef et avient quen sa deffaulte la nef soit perie et les marchandises endommagees le lodeman est tenu de restorer et amender ses dommages tout au long, si bien au seigneur de la nef comme aux marchants, pourtant que ung lodeman ne prendra point lodemanage sur lui sil nait bon et plaine connaissance du chemin pour faire et accomplir le lodemanage, dieu aidant. Item estably est pour coustume de mer qui se une nef est perdue par la deffaulte dung lodeman, les mariners puet, si leur plaist, amener le lodeman au guyndas ou a ung autre lieu et couper sa tête, sans ce quen apres le maistre ou nul de ses mariners soit tenu den respondre devant aucun autre juge, pource que le lodeman fist grande trayson a son entreprise de lodemanage. Et cest le jugement en ce cas. Item ordonne estoit a Hastynges pour loy et coustume de mer ou temps du roi Johan lan de son regne second, par advys de ses seigneurs temporelz, que se le lieutenant en aucun voyage ordonne par commun conseil du royalme encontrent sur la mer aucunes nefz ou vesseaux chargees ou voide que ne veulent avaller et abbesser leurs trefs ou le commandement du lieu­tenant du roy ou de ladmiral du roy ou son lieutenant, mais combattant encontre iceulx de la flotte que silz puent estre pris quilz soient reputez comme ennemys et leurs nefs, vesseaulx et bien pris et forfaitz comme biens des ennemys, tout soit que les maistres ou possesseurs dicelles vouldroient venir apres et alleguer mesme les nefs, vesseaulx et biens estre biens des amys du roy nostre seigneur, et que le mayne estant en icelles soient chastiez par emprisonnement de leurs corps pour leur rebellete par discrecion.
Traduction littérale Item, il était ordonné et établi pour loi et coutume de la mer que si un marchand frète un bateau en un port quelqu'il soit et que le bateau est empêché par une faute du capitaine ou du seigneur possédant le bateau, le marchand qui a frété le bateau peut requérir le capitaine : "je vous requiers de charger mes marchandises dans le bateau". Si le capitaine dit que le bateau est empêché par le propriétaire, le marchand peut abandonner le contrat et l'affrètement et fréter un autre bateau à son choix sans devoir aucune indemnité au capitaine. Si le marchand ne peut trouver un affrètement, il peut demander des dommages au capitaine pour la raison qu'il n'a pas respecté son contrat, et ce dernier doit l'indemniser. Et c'est le jugement en ce cas. Item, est établi pour coutume de la mer qu'un marchand qui frète un bateau pour charger du vin à Bordeaux ou ailleurs, le marchand peut charger le bateau entier à son port de décharge, sans que le capitaine ni qui que ce soit d'autre, sauf consentement du marchand, ne puisse charger autre chose que les provisions nécessaires au voyage de retour. Et c'est le jugement en ce cas. Item, est ordonné et établi pour coutume de la mer que si un marchand charge du vin sur un bateau, il peut charger la cale autant que le capitaine pourrait raisonnablement le faire avec des barriques, sans que, ni le capitaine, ni personne d'autre ne puisse mettre autre chose ou élever une protestation. C'est à savoir de 10 tonneaux, une pipe, et en proportion du surplus. Et c'est le jugement en ce cas. Item est établi pour coutume de lamer que si les marins d'un bateau sont loués pour une part de fret, chacun aura une tonne de fret en franchise. Si le navire n'obtient aucun fret et que le marin ne fasse pas son travail correctement en mer, il n'aura aucune franchise, et les marchands peuvent faire de même avec le capitaine. Le capitaine est en droit d'être payé pour le fret des vins ou marchandises jetées à la mer, aussi bien que pour ce qui a été sauvé, pour la raison que son fret ou son bateau, en accord avec le choix du maître, doit contribuer à la perte Et c'est le jugement en ce cas. Item, est établi pour coutume de lamer que si un marchand affrète un navire et le charge de vins, il semble aux marins que le marchand doit leur donner en chaque port ils arriveront, les jours de double fête, un pot de vin, voire deux ou trois. Légalement, les marins ne peuvent rien réclamer, mais le marchand peut leur donner par courtoisie ce qui lui plait. Et c'est le jugement en ce cas. Item, est ordonné et établi pour coutume de la mer que si un marchand frète un bateau, le capitaine, le capitaine doit donner chaque jour au marchand une cuisine si ce dernier lui demande, et plus, si le bateau est chargé de vin, le capitaine doit lui prêter un mousse pour veiller les vins aussi bien et aussi souvent que s'ils eussent été au capitaine. Et c'est le jugement en ce cas. Item est ordonné pour coutume de la mer que si bateau arrive en un port en droiture pour décharger et que le bateau peut rester chargé à quai jusqu'à 21 jours, avant que le capitaine puisse décharger sur le quai, il doit prêter un de ses marins au marchand pour garder ses vins et autres denrées, jusqu'à temps qu'il soit payé de son fret. Et c'est le jugement en ce cas. Item est ordonné pour coutume de lamer que quand il arrive que l'on fasse jet à la mer d'un bateau, il est bien écrit à Rome que toutes les marchandises et denrées contenues dans la nef doivent partir au jet, livre pour livre au prorata, et s'il y a plus q'un hanap d'argent sur la nef, il doit au jet ou faire l'objet d'un accord. De même pour un hanap qui sert à la table des marins. Robes et linges, s'ils sont à tailler s'ils n'ont été portés, tout partira au jet.Et c'est le jugement en ce cas. Item, si un lamaneur prend à sa charge d'amener un bateau et qu'il advient que, par sa faute, la bateau soit perdu et les marchandises endommagées, le lamaneur est tenu de rembourser tous les dommages aussi bien au propriétaire du bateau qu'aux marchands. Pour autant, un lamaneur ne prendra point un pilotage à sa charge s'il n'a pleine connaissance du chemin à faire. Dieu aidant. Item est établi pour coutume de la mer que si un bateau est perdu par la faute d'un lamaneur, les marins peuvent, s'ils le veulent, amener le lamaneur au guindeau ou en un autre lieu et lui couper le tête, sans qu'après, ni le capitaine, ni ses marins ne soient tenus d'en répondre devant la justice. Parce que le lamaneur a commis une grande trahison de sa charge de pilotage. Et c'est le jugement en ce cas. Item, est ordonné à Hastings, pour loi et coutume de mer au temps du roi Jean, dans la seconde année de son règne, par avis de ses seigneurs temporels, que si le lieutenant du Roi ou amiral) appointé par le Conseil Commun du royaume, rencontre sur mer des navires chargés ou vides, qui ne veulent abaisser leurs voiles au commandement du lieutenant du Roi ou de l'amiral du Roi, mais au contraire se battre contre les bateaux du Roi, que s'ils peuvent être pris, ils soient alors réputés être des ennemis et leur navires seront saisis comme biens ennemis, bien que les capitaines ou propriétaires des bateaux saisis, pourraient alléguer plus tard que les marchandises et les bateaux saisis étaient les biens des amis du Roi, et l'équipage sera châtié par emprisonnement..
Résumé Chargement empêché de la faute du patron. Le marchand qui affrète un bateau peut le charger en entier, en laissant la place pour les vivres de retour de l'équipage Semblable à l'article 26 Les marins travaillant à la part ont le droit à une franchise Les marchands ne sont nullement tenus de donner une gratification aux marins. Le capitaine doit fournir le couvert et la surveillance des marchandises aux marchands Le capitaine peut garder les marchandises à bord jusqu'à ce que le fret soit payé. Toutes les marchandises du bord doivent participer au jet pour la sauvegarde du navire Un lamaneur qui prend un bateau en charge est pécuniairement responsable, si le navire et les marchandises sont perdus, car il est réputé connaître parfaitement le pilotage. Un lamaneur défaillant provoquant la perte du navire peut être exécuté par l'équipage sans autre forme de procès. Obligation de salut
28.
8.
25.
RETOUR RETOUR
26.
27.
29.
30.
31.
32.
33.
34.
35.
35.
34.
33.
32.
Cette suite constitue le supplément des Rôles tels que reproduit dans le “Black Book”.
Marines - (c) tous droits réservés 2016-2022 - Alain Clouet - contact : dossiersmarine@free.fr