Bordeaux Aquitaine Marine

Les chantiers navals français dans l’histoire

Liste présentée par port. Les dates indiquent les dates entre lesquelles l’existence du chantier est prouvée. Vous trouverez les chantiers de l’Aquitaine à l’adresse « www.bordeauxaquitainemarine2.fr »

Manche

Abeville

Suatre (1850-59) Ce petit chantier a construti 400 t de bateaux.

Barfleur

Loir (1879) Mière (1859)

Blainville-sur-Orne (près de Caen)

Chantiers Navals Français (CNF) (1917-1954) 1917 : création. 1939-45 : fermé ou non ? 1945 : renommé Chantiers Navals de Caen en 1945. 1954 : fermeture.

Boulogne

Hautin (ou Jaurin) et Tétard (1870-73) Blamengin, Bernard (1942-2008) 1968 : Beranrd succède à son père. 1972 : se lance dans les vedettes en polyester. Socarenam (1961-2022+) 1961 : création à Calais.- entretien des navires de la Société Navale Caennaise, son actionnaire. 1969 : ouverture du site de Boulogne à la place des chantiers Baheux. 1973 : ouverture du chantier de Dunkerque. 1989 : la société-mère revend ses filiales à Socalliance créée par les ouvriers actionnaires. 2018 : 250 salariés.- possède quatre autres sites à Etaples (petits navires), Dunkerque (maintenance insutreielle), St Malo (grands navires) et Calais chaudronnerie offdhore). Baheux (début 20e) Navires de pêche en acier.

Caen

Corneur F. (ou Lecorneur et fils) (1875-80)

Calais

Ateliers et Chantiers Calouin Nickerson et Rideoul (1875)

Cayeux

Danois (1866)

Cherbourg

Constructions Mécaniques de Normandie (CMN) (1956-2022+) Chantier de construction navale, spécialisé dans les bâtiments militaires, elle fabrique aussi des yachts. Son siège social est à Paris. Il posségalement de chantiers en Grande-Bretagne, à Newcastle et Lowestoft. La société est depuis 1992 détenue par Privinvest, le groupe de l'homme d'affaires Iskandar Safa, au travers de sa holding Abu Dhabi MAR. Livois (1869) Arsenal de Cherbourg Bienvenu (1850-59) Ce chantier a construit durant cette période 82 navires (11.216 tonnes), Nicolle (1856) Hamel (1864) Manger (1852) Cherbourg en 1865

Coulombelles

Atelier et Chantier Naval de la Manche (ACN) (1954-2013)

Dieppe

Carpentier J. (1866) Bonté fils (1870) Ateliers et Chantiers de la Manche (ACM) 1895 : création sur l’ancien site des chantiers Amblard. Manche Industrie Marine (MIM) (1988-2022+) 1988 : créé sur le site des anciens ACM. - dispose d’un slipway. - filiale de Leroux et Lotz. 2006 : entre dans le groupe FIPAM. 2021 : 40 salriés, , CA de 3 MF. Corue, Vve P. (1872) Allias (Chantier naval -) Amblard (18xx-95)

Dunkerque

Ateliers & Chantiers de France (ACF) (1939) Quatre cales de 180m plus une cinquième cale de 220m inaugurée en 1943. Une forme de radoub est également mise en chantier mais les travaux interrompus par la guerre ne furent pas repris après la fin du conflit, la forme servant de simple bassin de mouillage pour l'armement de navires. Ogez (ou Oyez) E. (1872) Ménage (1865) Derycke E. (1878) Lefebvre A. (1880) Ateliers et Chantiers de France-Dunkerque (19xx-1967) Sagary fils (1862-64) Vancauvengerhe (1879) Van de Zande (1860) Pyotte Bayaert (1860) Vanderiele (1868-79) Chantiers du Nord et de Méditerranée (NORMED) (1982-87) Reine et Beaugrand (1831) 1831 : construit 6 bateaus de pêche pour l'Association pour la Pêche du hareng à Calais. Commenberghe (1864) Vandezande (1870) Ateliers et chantiers de France (1941) Malo G. (1845-60) 1845 : Gaspard Malo renonce à construire un paquebot proposé le ministère des finances. On en ignore la raison. Sagary père (1850) Pyotte A. (1880) Vandenbussche, Pierre-François (1827-25) Petits vapeurs à roues. Ziegler (1940-80) constructeur de petits navires de servitude.

Etaples

Henri Leprêtre et Alphonse Caloin (1951-1998+) 1951 : création par reprise de l’ancien chantier Leprêtre 1994 : converti en site de préservation

Fécamp

Capon F. (1877) Brument et Capon (1862-73) Coquais (1850-59) Chantiers de Normandie (1940) Brument et Capron (1873) Chantiers de Normandie

Grand Quévilly

Chantiers de Normandie (1946) filiale des Ateliers et Chantiers de St Nazaire-Penhoet

Granville

Forges et Chantiers de la Méditerranée (1940 ) voir Forges et Chantiers de la Méditerranée

Gravelines

De Carprentry fils (1864) Legoulon fils (1879)

Harfleur

Mouquet 1961-2019+ chentier pour le fluvial et servitude 1961 : création par Raymond Mouquet. 1995 : entre dans le groupe FIPAM. 2019 : 30 salariés - CA : 3MF"

Honfleur

Cardon, E. (chantiers -) (1859-60) Navires à hélice. Voisard (1856) Leviels (1867-74) Lefoulon (1858)

La Mailleraye

Bataille (1822-24) vapeurs à roues. Lefranc (1870-75)

Le Havre

Ateliers et chantiers du Havre (ACH) (19,,-1999)

Augustin Normand (1728-2000) 1728 : création à Honfleur. 1816 : transféré au quartier du Perrey au Havre. 1945 : restauration du chantier avec trois cales de 120m , détruit à 65% pendant la guerre. 1846 : ces chantiers deviennent en 1946 une filiale des ACH. Beauvoisin, Jean Laurent (vers 1700-1790) Collignon et Grivel (19e-1944) chantier de plaisance sur la berge du Perrey - Fabrication de yachts et embarcations à moteur Forges et Chantiers de la Méditerranée (1857-82) filiale des FCL de la Seyne. Gouel (vers 1790) Sence (vers 1790) Le Marchand (19e-20e) sur la berge du Perrey - Constructeur puis à partir de 1850, uniquement réparation navale. Fouache (1784-1836) Buquet (vers 1790-1944) 1944 : abandonne la construction et conserve des activités portuaires. Nillus, Charles-Michel (1833-73) - Charles-Michel travaille avec son père quartier Saint-François au Havre. 1833 : installation quai Colbert. Construction de chaudières et navires. Citons parmi eux le Castor, le Chamois, le Princesse Mathilde, et le Ville de Pont- Audemer. 1873 : Il sera repris par les Chantiers de la Loire qui ve rapidement le fermer. Paumelle (19e) sur la berge du Perrey - construit des pilotines et des bateaux de pêche. Perrin (1875) Poirier (18e) petit chantier .

Le Trait

Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime (ACMS - le Trait) (1917-1972) 1917 : création par l'industriel Hippolyte Worms sur une des boucles de la Seine au Trait. 1966 : fusionne avec les chanrters navals de la Ciotat. 1972 : ils ont construit 200 navires dont une trentaine pour la Marine nationale sur les 8 cales du site. Dans les années 50, il était le chantier le plus moderne de France. Il ferma définitivement en 1972. Ateliers et Chantiers de Seine Inférieure (Worms & Cie) (1939-48) En 1940, ce chantier dispose de huit cales, les n°1 et n°8 mesurant 170m, les n°2, 3 et 4 140m et les n°5, 6 et 7 plus spécifiquement consacrées aux sous- marins, 115m. En 1948, les installations de préfabrication sont modernisées, les capacités de levage augmentées mais les cales faute de place ne sont pas agrandies.

Paimboeuf

Baudet et Croizet (1771-1869) 1822 : s'installe à Paimboeuf (sous la dénomination Hubert et Baudet, semble-t-il)) au 50 quai Chassagne, avec la comde du vapeur le Français et de 3-mâts. 1790 : il existe à Paimboeuf vers 1817 1852 un second chantier est installé sur l'île Gloriette. Après interruption de 1859 à 1867 le chantier Baudet fils et Croiset réapparaît à Paimboeuf et à Saint- Nazaire jusqu'en 1906. 1929 : création de la "SA des Anciens Chantiers Baudet". 1941 : expulsé de St Nazaire pour la construction de la base sous-marine, le chantier s'installe à Basse-Indre. 1947 : retour à St Nazaire. 1-2-2012 : en redressement judiciaire.

Rouen

Lemire J.B. (1864) Le Mire (1850-59) Petit chantier ayant construit sur cette période 10 navires pour 2310 tonnes. Malleux, Armand (1822-23) Vapeurs à roues. Thibault, Emmanuel (1824-26) Vapeurs à roues.

Saint-Malo

Nouël (1867)

Saint Vaast

Diguet (1861) Lévêque E (1855-64) Costey et fils (1870)

Saint-Valery-en-Caux

Duchemin (1862)

Chantiers de port inconnu

Thibault, Emmanuel Thibaudier 1799-1802
Marines - (c) tous droits réservés 2016-2022 - Alain Clouet - contact : dossiersmarine@free.fr